L'ère des mythes

Ravageant des pays, réduisant la forêt des esprits en cendres et tuant même des dieux. Cet homme, en tant que roi démon était redouté de tous. Il se nommait Arnos Voldigod.

-  Alors qu'en est-il?

Le roi démon Arnos prononça ces mots en étant assis sur son trône, les bras croisés.

Rien qu’avec ça, un être humain normal tremblerait déjà de peur, cependant, les personnes en face de lui ne le craignaient pas.

Le grand élu, le héros choisi par la sainte épée, Kanon.

La mère de tous les esprits, le grand esprit Reno.

Et le créateur de ce monde, le dieu Militeia.

Ensemble avec Arnos, ils avaient un contrôle total sur le destin du monde. Ces quatres noms seront plus tard transmis à la génération future, mais pour l’instant, ils étaient tous rassemblés dans une salle de Deruzogedo, le château du roi démon.

-  Je comprends de quoi il s’agit, mais ce n’est pas non plus chose facile. Toutefois, quand allons-nous essayer de mettre en place ce plan de réconciliation?

-  Hum, en effet.

-  Roi démon Arnos, combien de personnes avez-vous tué jusqu'à présent?

Arnos répondit avec un regard froid.

-  Laisse-moi te poser la même question, héros Kanon. Combien de démons as-tu tué jusqu’ici?

Qui a frappé le premier? Les humains ou les démons?

Il n'y avait aucun moyen de savoir. La réponse même n’avait aucune importance car même en la connaissant, cela ne changera pas le passé. La raison même de toutes ces tueries était triviale. Les deux camps se sont entretués et ceux qui ont survécu ont vengé ceux qui se sont fait tué. Et le cycle se répéta encore et encore. La haine s'est ensuite considérablement accumulée entre les deux camps et la chaîne des tragédies s’accélérait à un rythme effréné.

Au fond, les humains et les démons se ressemblent beaucoup. Ils détestent tout ce qui est différent d'eux-mêmes.

-  Après tout ce que tu as fait, penses-tu encore pouvoir dire ça?

-  Que serait-il arrivé si je n’avais pas commis tous ces crimes? Si je ne vous faisais pas aussi peur, vous êtres humains auriez calmement massacré les démons. J’ai fait tout ça pour une juste cause. Je ne me souviens même pas avoir ressenti ne serait-ce qu’une once de culpabilité. J'ai même considéré les humains que je tuais comme des héros.

-  Si les humains ont agi ainsi, c'était parce que les démons avaient commis des choses atroces.

-  Et moi je dis que vous, les humains, aviez fait de même.

-  Es-tu en train de dire que les démons sont irréprochables?

-  Cela signifie juste qu'en temps de guerre, il n'y a ni bon ni mauvais.

Avec une lueur dans les yeux, le roi démon Arnos fixa le héros.

-  Tu es un humain, n’est-ce pas Kanon? Tu crois vraiment que le monde deviendra plus paisible si le roi démon Arnos est vaincu?

-  Oui.

-  Non. Arrête d’agir comme un imbécile et essaie de mieux comprendre les choses.

Si le roi démon Arnos est vaincu, une nouvelle guerre éclatera entre les humains et les démons. Et ces combats ne cesseront que lorsque l’un des clans sera exterminé.

Arnos ne faisait que parler mais étant un être doté d’une très grande puissance magique, chacun de ses mots déclenchait comme vague de magie.

-  Toutefois, même si les démons périssent, les êtres humains auront vite fait de se trouver un nouvel ennemi. Plus tard, ça sera au tour des esprits, ensuite au tour des dieux qui vous ont créé. Et pour finir, vous vous entretuerez entre vous.

-  Certes, les humains ont des faiblesses, mais je veux croire en eux. Je veux croire en leur bonté. *Kuukuuku* Arnos éclata de rire. Le héros Kanon était vraiment une bonne personne. Malgré le fait qu’il connaissait leur laideur, il a toujours le courage de croire en leur bonté.

-  Par conséquent, Kanon. Que dis-tu d'essayer de croire en la bonté du roi démon Arnos?

Kanon ne répondit pas immédiatement.

Cette offre est-elle vraie? Doit-il en douter?

-  Comme je l’ai dit plus tôt. Divisons le monde en quatre. Le monde des humains, le monde des démons, le monde des esprits et le monde des dieux. Construisons un mur entre ces mondes et n'en n’ouvrons pas les portes avant mille ans.

S’ils ne se voient plus pendant mille ans, leur rancune commune devrait aussi disparaitre.

-  Je peux changer ma force vitale en puissance magique et si vous coopérez tous les trois, je pourrai activer ce sort.

-  Alors tu acceptes de mourir pour la paix? Toi qui es appelé le roi démon.

-  C’est vous qui m’avez surnommé ainsi sans mon consentement. De plus, je ne vais pas mourir. Je vais trouver un réceptacle et je me réincarnerai bien que ça me prendra deux mille ans pour le faire.

Kanon se tut. Et au bout d'un moment, il se raffermit.

-  Très bien... Je vais te faire confiance ...

Même si c’était lui qui avait suggéré ce plan, le roi démon Arnos ne put pas cacher sa surprise devant la réponse de Kanon. Il l'avait expliqué de bonne foi. Les humains, les esprits et les dieux avaient fait preuve d’aucun démérite. Le seul problème était l'émotion, la haine renforcé par la haine, ce cercle vicieux. Voilà pour prononcer ces mots, il faut faire preuve d’un certain courage.

Pour la première fois, le roi démon Arnos comprit pourquoi on l’appelait héros.

-  Je te remercie.

Kanon rit un peu.

-  Je n'aurai jamais imaginé qu’un jour le roi démon me remercierait.

-  Et moi, je ne pensais pas qu'un jour je te remercierai, Héros.

Ils se fixaient tous les deux. Leurs points de vue étaient différents, mais ils avaient chacun reconnu le pouvoir et la force de l’autre dans leur cœur. Et maintenant, cette longue bataille était sur le point de s’achever. Le roi démon Arnos se leva lentement de son trône et plaça ses mains en face de lui.

D'innombrables particules de lumière noire commencèrent à s'élever du château. De nombreuses lettres magiques apparurent sur les murs, les sols, les plafonds, etc. Les mots qui s’y dessinaient étaient collés ensemble. Un immense cercle magique entourait le château du roi démon.

-  Ce corps va contenir le pouvoir magique.

Arnos s'avança et exposa son corps sans défense. Tout d'abord, le grand esprit Reno, puis le dieu de la création Militeia tournèrent leurs paumes vers lui et lâchèrent une vague d'un blanc extrêmement pur. C'était comme regarder une étoile, c'était éblouissant et la quantité d’énergie magique était pratiquement infinie. Peu importe la quantité de puissance magique déversée dans son corps, le roi démon Arnos l’absorba entièrement. Finalement, Kanon sortit sa sainte épée.

-  Et concernant les préparatifs de la réincarnation?

-  Déjà fait. Tu peux y aller.

Le torrent de puissance magique était intense, crépitant et répandait des étincelles de partout. Il était assez fort pour casser les tympans de ceux qui étaient proches. Le château du roi démon ne pouvant supporter l’utilisation d’une telle quantité de magie, commença à s’effondrer. Kanon frappa le sol et mit son épée sacrée en avant. De la magie s‘y introduisit et la lame devint d'un blanc pur avant de percer le cœur du roi démon Arnos.

-  Gofuu ...

Du sang coula de la poitrine d’Arnos. Ses lèvres devinrent humides et rouges. Avec ça, son souhait, s’était enfin réalisé. Il en avait assez des combats et de ce monde stérile. Il était fatigué.

-  Héros Kanon. merci une fois de plus. Si tu renais aussi dans deux mille ans ...

-  Devenons amis.

Le roi démon Arnos sourit.

-  Adieu.

Son corps disparut avec la lumière.

***

Deux mille ans plus tard, un bébé naquit dans une maison humaine.

-  Chérie... je le vois naître. Notre bébé...

Souriante, Isabella tenait son bébé et à ses côtés se tenait son mari Gusta.

-  Il est mignon. Il deviendra un grand homme.

Gusta poussa la joue du bébé.

-  Chérie, est ce que tu as à un nom?

-  Aah. Il va s'appeler...

Au moment où Gusta fut sur le point de parler, quand soudain, il entendit une voix.

-  Arnos. Arnos Voldigod.

Leurs bouches s'ouvrirent et leurs yeux semblaient sur le point d'éclater.

-  Fumu. Même si cela fait deux mille ans, c’est comme si c’était hier.

S'oubliant, il reporta son attention sur la surprise du couple.

-  Aah, désolé. Est-ce la première fois que vous voyez un réincarné? J'ai été surpris moi aussi.

Il semblerait que même à cette époque, l'accouchement n'a pas changé. Mes meilleures salutations.

-  Il......

-  Il .....

-  Il ?

Le couple cria ensemble.

-  Il parleeeeeeeeeee ?!!

Arnos leva les yeux avec un visage qui semblait dire bien sûr, qu'un bébé réincarné peut parler.

-  Il est difficile de parler dans ce corps. Devrai-je grandir un peu?

Un cercle magique apparut sur le corps du bébé d'Arnos. Instantanément, il devint de plus en plus grand jusqu’à atteindre l’âge de 6 ans.

-  Pour le moment, un tel endroit fera-t-il l'affaire?

Arnos posa ses pieds au sol.

-  Il... a...

-  Il... a ...

Pendant qu’ils se regardaient et qu’ils tapaient du pied, Gusta et Isabella avaient de nouveau l’air extrêmement surpris. Et encore une fois, ils hurlèrent ensemble.

-  I... Il .......... il a grandiiiiiiiiiiiiiii!!

Arnos, le bébé réincarné semblait avoir un visage qui disait, évidemment que j’ai grandi, il est naturel pour moi de me servir de ce sort.