Je me suis retourné pour partir mais une voix m’a interpellé par derrière.

“…Attends…..enfoiré...”

Zepes essayait de se lever en chancelant mais son corps étant trop amoché, il devait ramper au sol.

“Tu peux être sauvé si on te soigne immédiatement. Abandonne.”

“Ha. Hériter du sang du fondateur mais ne pas être capable de porter le coup de grâce à un ennemi… quand je pense que cette chose apporte le déshonneur à la tribu du roi démon…”

La tribu du Roi Démon signifie-t-elle qu'elle n’a hérité que du sang du Roi Démon ?

Je n’ai hérité de rien vu que je suis le fondateur.

“Arrête de parler autant. Tu vas mourir.”

“Tue-moi.”

“Hmmm. Une petite chips comme toi ne vaut pas la peine d'être tuée.”

C’est quoi son problème ?

“Ah ! Tu ne peux pas le faire, n’est-ce pas ? Alors tu vas échouer. Essaye de me faire abandonner si tu le peux. Même si je meurs, je n’abandonnerai pas !!”

Je peux le faire abandonner si je lui en donne l’ordre mais….

“Je sais à quoi tu penses. Tu vas utiliser une magie de contrainte sur moi. C’est bien. Essaye ça. Je ne vais pas céder !! Haahaahaa…fuhahahahah!! Gah!”

Je piétinai la tête de Zepes sur le sol en pierre.

“Bon sang. Tu es trop imbu de toi-même. Quel étrange sentiment de supériorité tu as.”

Il a cependant dit une chose intéressante.

“Si je n’utilise pas une magie de contrainte, je ne peux pas te faire abdiquer, c’est ça ?”

“…Ha…c’est ça…espèce d’enfoiré…!”

Même avec mon pied sur sa tête, Zepes continue encore de fanfaronner.

“Hmm. Tu es plutôt amusant. Très bien. Je gagne si je réussis à te faire abandonner sans utiliser de magie de contrainte et tu gagnes si je ne réussis pas.”

“Haaa ? T’es sûr ? Tu parles vraiment trop. Même si je meurs, je ne céderai pas !”

J’ai cligné des yeux et invoqué un contrat magique.

Si je peux le faire abdiquer sans utiliser de magie de contrainte, je gagne, mais si je ne peux pas, il gagne, c’est ce qui était retranscrit dans le contrat.

Le contrat est absolu. Il est signé avec la puissance magique des utilisateurs. Il était impossible de le changer.

Zepes signa sans hésitation .

“Tu es un idiot. Peu importe la blessure que tu m’infligeras, je n’abandonnerai pas.

Au mieux je serai désolé pour toi. Hyahahahahaha!”

Je plaçai mon index près du front de Zepes.

“Hein ? Qu’est-ce que tu es en train de fai—-“

Je lui donnai une pichenette sur le front.

“Gah…”

Le corps entier de Zepes disparu.

“Oups ! Je pensais que j’avais assez baissé ma puissance. Est-il mort ?… Je vois.”

Bon sang. J’avais perdu.

Je suppose qu'on ne pouvait rien y faire.

Je me fis une entaille sur le bout de l'index avec mon ongle et je laissai tomber une goutte de sang.

Magie de résurrection.

Le corps de Zepes a été entièrement reconstruit et il est revenu à la vie.

Son armure et son épée étaient un peu plus difficiles.

“Ouah!…….. Quelle est cette magie ? Zepes est revenu à la vie !!”

“Il l’a ramené à la vie ! Une telle magie transcende la logique !!”

Pourquoi êtes-vous surpris ? Les spectateurs étaient devenus bruyants en voyant Zepes revenir à la vie. Si je n’avais pas utilisé cette magie, la mort signifierait vraiment la mort.

“Ouah….. Je………”

Zepes me regarda avec un visage confus.

“Qu’est-ce que ça t’a fait de mourir ? Un sentiment d’abandon ?”

“Id….idiot……. Qui a dit que j'abandonnais...gya !”

Je lui redonnai une pichenette et il mourut une deuxième fois.

“Oups ! Je l’ai encore tué. Eh bien. Tant que c’est dans les 3 secondes après sa mort, la résurrection peut le ramener sans aucun risque. C'est la règle des 3 secondes.”

Le silence de l'arène me submergea comme une vague.

Hmmm. Quelque chose que j'ai fait les a fait taire.

Je suis la règle des 3 secondes où il est sans risque de tuer quelqu'un. C’était une blague commune dans l’ère des mythes. Ils n'ont pas l'air amusés.

Comme prévu après 2000 ans de changement. L'humour a-t-il aussi changé ? En fait, en regardant de plus près, tout le monde a l'air terrifié. Ma blague était-elle si mauvaise ?

Hmm. Je vais devoir retenir mes blagues jusqu'à ce que je comprenne l'humour de cette époque.

“Haa…….!”

Résurrection. Après avoir ressuscité Zepes une nouvelle fois, son regard était rempli de peur.

Est-ce qu'il commence à la sentir ? Aussi peu ne devrait pas le traumatiser.

“Tu as dit que tu n’abandonnerais pas même si tu mourrais. Tu ne pensais sûrement pas que ta vie se terminerait avec une seule mort ?”

Zepes ne répondit pas. Il tremblait.

“Eh bien, dans ce cas. Dois-je te demander à nouveau ? Veux-tu abandonner ?”

Une expression désespérée flotta sur le visage de Zepes pendant un instant, mais une voix faible s’en échappa.

“Qu….. Qui abandon… !”

Une autre pichenette et il mourut encore une fois.

Résurrection. Le fait de devoir utiliser une goutte de sang à chaque fois est embêtant.

Le corps de Zepes fut encore une fois été reconstitué. Maintenant, il  me regardait avec un visage frappé par la peur.

“Au fait, la magie de résurrection cache une question philosophique intéressante. Après avoir été ressuscité es-tu encore la même personne ou une copie de toi avec la même personnalité et les même souvenirs ? Peux-tu complètement devenir une nouvelle personne ? Qu’est-ce que tu en penses ?”

Un bruit de dents qui claquaient se fit entendre lorsque Zepes secoua ses lèvres. Son visage était complètement pâle.

“E… En… Enfoiré… Un comportement aussi cruel…”

“Mmmh, pas intéressé, je vois. Dans mon époque, ce sujet faisait l'objet d'un débat passionné.”

Bien, si leur humour est différent, je suppose que les débats philosophiques le seront aussi.

“Bon, il est temps de te tuer encore une fois.”

“T… Toi… Tu parles si facilement de… Tuer…”

Ha ha, à ce moment précis, j’eus un grand sourire .

“Qu'est-ce qu’il y a ? Tu as dit quelque chose de si modeste tout d'un coup. Mourir ne signifie pas vraiment la mort, tu sais.”

J’ai étendu mon index vers Zepes.

“S’… S’il… S’il…S’il-te-plaît, attends…”

“Oups.”

Mince. Mon doigt a glissé et je l’ai tué par erreur. Il a essayé de dire quelque chose.

Oh zut. Ressuscitons-le encore une fois.

“En…Enfoiré !! Je t’ai dit d’attendre !!”

“Ha ha ha. Désolé, c’est de ma faute. J’ai été négligent.”

“Ha ha ha mon cul ! Merde ! Comment peux-tu tuer quelqu’un par mégarde ?!”

“Oh ! Tu sembles aller beaucoup mieux maintenant. Eh bien, dans ce cas, une fois de plus.”

J’approchai mon doigt du front de Zepes et ses yeux perdirent immédiatement toute leur couleur et leur brillance.

“…S’il...te...plaît, attends…”

“Qu’est-ce qu’il y a ?”

“Je…”

Avec une expression pleine d’humiliation, il dit :

“J’ai perdu, j’abandonne.”

Quoi ? Quelle fin ennuyeuse.

“Tu n'as pas fait long feu en jouant à notre jeu. J'avais l'intention de te tuer au moins 10 000 fois.”

J’ai fais cette petite blague avec un sourire pour montrer qu'il n'y avait pas d'hostilité, mais Zepes trembla comme si je venais de le menacer.

“…C’est Zepes… Qui a été géré comme un enfant…”

“…C’est accablant… Qui est ce gars ? Je ne l’ai jamais vu avant.”

Des voix ont commencé à s'échapper des gradins.