L'arène était divisée en plusieurs parties. On pouvait aussi voir un hibou perché sur l'une des statues en bronze de chevaliers alignées à proximité crier : « Veuillez-vous aligner sur la lettre imprimée sur votre invitation ». En jetant un coup d’œil à mon invitation, je pouvais y voir la lettre F.

− Et toi, Misha?

− E… dit-elle en me montrant l'invitation.

Un hibou vola au bout de chaque ligne portant un morceau de parchemin avec une lettre inscrite sur celui-ci.

− Bon, je te souhaite bonne chance.

− Mhh…

Me séparant de Misha, je m'alignai dans la rangée F. La file était longue mais je pouvais voir ce qu’il y avait devant en me servant de mon œil de démon. Il semblerait que nous allions entrer dans une salle d’attente un par un. On aurait aussi dit que ça n’allait pas être mon tour avant  longtemps, vu le nombre de personnes qu’il y avait devant moi. En gros, il y avait environ une centaine de personnes. Les 7 lignes étant identiques, il devait donc y avoir au total 700 personnes. Je savais bien que beaucoup de temps était passé, mais en 2000 ans mes descendants avaient quand même bien augmenté. Il semblerait que mon inquiétude quant à la disparition de ma lignée n'était pas nécessaire. En pensant tranquillement à tout ça, j’attendais mon tour.

Au bout d'un moment, je fus enfin premier en ligne devant la salle d'attente. En entrant à l'intérieur, un autre hibou était encore là à attendre.

À qui est ce familier?

Je ne sentais aucune trace de pouvoir magique, donc il m’était impossible de savoir qui était le maître.

J’avoue qu’il s’est bien caché.

Après tout, il devait sûrement avoir des utilisateurs de magie décents à cette époque. − Bienvenue, veuillez entrer. Je vais vous expliquer le contenu de cet examen pratique.

M'inviter et m'examiner. Je ne saurai dire si les critères d’admission à cette école étaient sûrs ou non, bien que leur objectif principal était de trouver le roi démon réincarné. C'est la première fois que je me réincarne mais se réincarner avec tout ses souvenirs intacts est censé être assez rare. Comment faisaient-ils alors pour savoir avec exactitude, s’ils étaient la réincarnation du roi démon Arnos? Les démons de cette époque n’en avaient sûrement aucune idée. En me manifestant à ce moment même, j’aurai pu tout de suite mettre fin à cet examen. Cela dit, après tout ce qu’ils avaient préparé pour moi, ça aurait été impoli de ma part de ne pas les écouter jusqu’au bout.

− Pour ce test pratique, les étudiants s’affronteront en duel dans l'arène. Ensuite, après  avoir battu 5 personnes, votre pouvoir magique sera mesuré, puis nous vous examinerons et si vous réussissez, vous serez admis à Deruzogedo. Si vous échouez, vous ne pourrez pas être admis.

Je suis le premier roi démon. Il n'y a aucune chance que je perde.

De plus, en examinant la magie d’une personne, il est possible de savoir si elle est le roi démon. Ou pas. Toutefois, malgré le fait que ce test était assez simple, il n’en restait pas moins, adapté à la situation actuelle.

− Toutes les armes, armures et sorts sont autorisés. Des questions?

− Pas vraiment.

− Je vous souhaite donc la bénédiction du fondateur.

J'ouvris la porte qui était au fond de la salle d'attente et je descendis un long couloir sombre. Même si c'était mon château, c'était la première fois que j'utilisais ce couloir. L'arène était à l'origine un endroit où les gens se battaient pour montrer leurs compétences au combat. Une lumière s’approchait au fur et à mesure que je m’approchais du bout du couloir. Une fois au bout, je me trouvai dans l’enceinte d’un stade aux murs immenses. Au-dessus du mur se trouvaient les sièges des spectateurs remplis çà et là de démons. En regardant de plus près, je remarquai qu’ils portaient tous le même uniforme.

C’est des étudiants de cette école?

− Yo! Comme on se retrouve!

Un homme à la peau basanée se trouvait de l’autre côté de l’enceinte. Il s’agissait apparemment de Zepes, celui que j’ai facilement battu la dernière fois.

Mmh... Mon partenaire est un petit alevin. Il sera difficile pour moi, de prouver que je suis le fondateur en le battant. Que devrais-je faire?

− Tu... Hé ! Écoute-moi.

Sans répondre, j'avançai de trois pas pendant qu’une barrière se dressait derrière moi pour me bloquer la sortie.

− Oups. Tu ne peux plus t’enfuir maintenant. Alors, tu as peur maintenant ? − Tu croyais que j’allais m’enfuir? Ne t’en fais pas, je ne vais pas te tuer, alors sois tranquille.

− Tsst!

Misère. J'ai été poli pourtant, mais ce type n'a vraiment aucun savoir-vivre. Est-il vraiment idiot au point de ne pas pouvoir voir à quel point je suis plus fort que lui?

− Laisse-moi te dire que je ne vais pas y aller de main morte. Je vais changer ce visage fier en un visage apeuré, plein de larmes et d'horreur, puis je te tuerai.

Je ne pus m'empêcher d’éclater de rire.

− Ku ku ku, Haa haa haa haa. Me tuer ? Moi ?

Je regardai Zepes droit dans les yeux.

− Connais ta place, bouffon.

Du pouvoir magique était contenu dans mes mots, toutefois, cela n'affecta Zepes comme la dernière fois. L'armure de couleur terne qu'il portait semblait avoir des capacités anti magiques.

− Ouh là, ce sort ne fonctionnera plus sur moi désormais. Cette armure a le pouvoir d’annuler toute magie lancée contre elle.

Je vois. Il compte sur cette armure parce que ses capacités anti-magiques sont faibles. Malgré le fait qu’il était mon descendant, il était vraiment pitoyable.

− Toutes les armes, armures et sorts sont autorisés. En cas de victoire ou de défaite, quelqu’un mourra, mais vous pouvez déclarer forfait à tout instant.

La voix du hibou volant au-dessus de nous remplissait l'arène.

− Que l’examen pratique commence!

Zepes dégaina aussitôt l'épée qui pendait à sa taille. La lame brûlait d’une flamme vive.

− T’en dis quoi? C’est l’épée démoniaque Zefried. Une épée née d'un ancien feu qui se transmet dans la famille Endou. Elle a la capacité de décupler mon pouvoir magique. Même si tu es doué en anti-magie, tu ne pourras éteindre la flamme de cette épée.

− Mmh. Tu dois être plutôt mauvais en maths, pour faire une telle erreur de calcul. Tu es sûr de n’avoir fait aucune erreur ?

Zepes exprimait ouvertement sa colère tout en réduisant la distance qu’il y avait entre nous.

− Qu'est-ce que tu essayes de dire?

− Un multiplié par dix, ça fait seulement dix.

− Connard !

Zepes donna un coup de pied au sol, avant d’apparaître l’instant d’après devant moi, en position d’attaque.

− Meurs !

Ouaah. Je réprimais un bâillement. Il était vraiment lent. Si j'avais eu une épée, j'aurais déjà frappé 100 fois. Les adultes devraient faire plus attention aux enfants lorsqu'ils jouent.

Oh, il arrive.

L'épée mise à part, il n’avait pas l’air d’être un maître épéiste alors inutile d’éviter son coup. L'épée démoniaque Zefried, dans un éclair horizontal, était sur le point de toucher mon cou pendant que je l’examinais discrètement.

C'est mauvais ça!

Je m'écartai rapidement du chemin.

− Hooo. Tu as bien fait de l’éviter.

Ce n’était vraiment pas passé loin. Encore un peu et son épée se serait cassé en deux, au contact du faible champ anti-magique toujours actif autour de moi. C'était quand même le trésor de la famille Endou qui se transmet de génération en génération. Même si elle est émoussée, je ne voudrais pas briser un objet aussi important. J’en aurais vraiment eu mal au cœur.

Toutefois.

− C’est vraiment une épée démoniaque?

− En effet. C’est la première fois que tu en vois une? Elle n’a pas été faite avec la magie actuelle, mais avec de la vraie magie, celle de l’ère des mythes. L’épée démoniaque Zefried!

C'est vraiment une épée démoniaque?

Si je devais la comparer à un objet de l’ère des mythes, alors n’importe quel vieux bout de bois qu’on trouve au sol ferait l’affaire, il aurait même bien plus de pouvoir magique que cette vulgaire épée. Si on vous a dit que cet objet vient de l’ère des mythes, alors désolé de vous  dire que vous vous êtes fait rouler dans la farine. Une véritable épée démoniaque a sa propre volonté et un pouvoir si puissant qu’elle peut même détruire son utilisateur. Les mots « épée  démoniaque » aussi étaient utilisés de manière trop imprudente.

− Fiou.

La flamme de l'épée démoniaque Zefried s'éteignit sous l’effet de mon souffle. − Hein, heeeeeeeeeein?!

Zepes poussa un léger cri, tandis que la foule manifestait son étonnement.

− Je n’arrive pas y croire. Tu as réussi à éteindre la flamme de Zefried ! Cette flamme ne devait pas s’éteindre avant la fin du monde, alors comment as tu pu l’éteindre sans même te servir de la magie ?!

Zepes serra les dents.

− Connard.… Tu t’es servi d’une magie de scellement, n’est-ce pas?!

− Quoi? J'ai juste soufflé. Avec la quantité de magie cachée dans cette épée, elle devrait se rallumer dans quelques années.

On pouvait voir de l’amertume sur le visage de Zepes.

− Magie de scellement, magie de contrainte, tu as l’air d’avoir un puissant pouvoir magique. Toutefois, dans un combat, ça ne te servira pas à grand-chose. Alors, comment vas-tu faire face à mon armure ?

Mmh. Cette armure se serait brisée au moindre contact avec mon corps, mais ça aurait été un peu enfantin de ma part.

− Je ne tirerai aucune gloire à la briser.

− Hmm ? Tu deviens fou ou quoi ?

− Non, mais j'ai une proposition intéressante à te faire. En premier lieu, il serait fou de combattre sur le même pied d’égalité.

Zepes me regarda avec prudence.

− Que dis-tu d’un handicap? Je ne bougerai pas d'ici. Je n'utiliserai pas la magie et je ne me servirai pas non plus de ma voix ou de mon souffle. Je ne bougerai pas le moindre membre, je n'utiliserai même pas mes yeux ou mes cheveux. Je vais te vaincre sans même cligner des yeux.

− Ha ! Il devrait y avoir une limite au bluff. C’est ça ton excuse quand tu es sur le point de perdre? Je ne me suis donc pas trompé, ta magie ne te sert à rien dans un comb...

Zepes vomit du sang.

− Impos… sible… c'est…

Est-ce que tu peux l'entendre?

Bou-boum. Quelque chose se fit entendre.

− C'est un battement de cœur…

Du pouvoir magique était contenu dans mes battements, si bien que rien que le fait de les entendre secoua violemment Zepes. Même si son armure avait la puissante capacité d’annuler la magie. Il existait un certain nombre de lacunes dans ses formations anti-magiques. Mon rythme cardiaque les avait simplement traversés.

− Ka… Ha…

Du sang dégoulinant de tout son corps, Zepes tomba à genoux avant de se retrouver par terre.

− Mmh. J'abandonne. Si faible. Si tu continues à me faire rire comme ça, mon rythme cardiaque va finir par tuer tout le monde.